Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /var/www/html/blocks/db.php on line 3
Association de Sauvegarde du Patrimoine de Prats de Mollo "Velles Pedres i Arrels"

Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /var/www/html/blocks/db.php on line 3
Catégorie
Sous-catégorie
Sous-sous-catégorie

Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /var/www/html/blocks/db.php on line 3
LE COL D'ARES HISTORIQUE

Camí de la retirada – Coll d'Ares

Une histoire commune

 

Perché  à  plus  de  1500  mètres  d'altitude  à  cheval  sur  la  frontière,  chargé  d'histoire,  le  Coll d'Ares occupe une place privilégiée dans la mémoire des Pratéens. Maguy Planell, fondatrice de  l'association  culturelle catalane  « Prats  endavant »  ,  et  Joseph Dunyach,  président  du Club de randonnées  « Delit Tenim », après avoir évoqué l'empreinte laissée par ce haut lieu dans l'esprit de poètes et écrivains célèbres, font une place de choix à l’événement marquant de  ce  site :  le  passage  au  mois  de  février  1939  d'une  centaine  de  milliers  de  Républicains espagnols, l'inauguration officielle d'une stèle en leur mémoire, la redécouverte, la restauration  et  la  signalisation  du  « Chemin  de  l'Exil»  reliant  le  col  à  la  cité  de  Prats  de Molló, son succès auprès des montagnards, et sa fréquentation régulière par des groupes de randonneurs  de  Catalogne  Sud,  à  titre  d'hommage  et  en  souvenir  de  cette  douloureuse période de notre histoire commune.

 

A més d'uns 1500 metres d'altitud, històric punt de passatge fronterer, el Coll d'Ares ocupa un espai  preferèncial  en  la  memòria  de  la  gent  de  Prats.  Margarida  Planell,  fundadora  de l'associació  cultural  "Prats  Endavant" i  Joseph  Dunyach,  president  del  club  excursionista "Delit  Tenim",  esmenten  aquí  els  records  d'aquest  lloc  tan  distingit  en  la  ment  de  famosos poetes  i  escriptors.  Però  sobretot ens  fan  memòria  de  l'esdeveniment  més  destacat  d'aquest  indret  :  el  passatge  al  mes de  febrer  del  1939  d'un  centenar  de  milers  de  Republicans.  Ens expliquen  també  la  inauguració  d'un  monòlit per  fer  memòria,  el  restabliment  i  la senyalitzaciò  d'aquest  "Camí  de  l'Exili"  des  de  Coll  d'Ares  fins  a  Prats  de  Molló,  avui  molt freqüentat  per  excursionistes  i grups d'  arreu  de  Catalunya  actuant  a  tall  d'homenatge  i record d'aquest període dolorós de la nostra història comuna.

 

  __________________________________________________________________

 

Le Coll d'Ares, passage mythique, chemin de travail, de commerce, de transhumance, de pélerinage, de contrebande, a connu de tous temps des migrations, des immigrations. C'est le passage obligé des gens des Garrotxes ou du Vallespir pour rejoindre la Vall de Camprodon et le Ripollès, avec à proximité, la présence sécurisante d'un hospitalet et de la chapelle dédiée à Santa Maria, puis, plus tard, à Santa Margarida  del Coll d'Ares

 C'est  en  passant  au Coll  d'Ares  que  deux  de  nos  plus  célèbres  écrivains  ont connu leurs émois d'excursionnistes et d'amoureux de notre montagne.

 

 C'est par ce col qu'arriva Mossèn Cinto, Jacint Verdaguer, lors de son premier voyage en  Catalogne  Nord  qui  nous  valut  son  poème  épique  Canigó,  dont  les  Cants  IV  et  VIII dépeignent nos cimes :

 

Més enllà de Coll d'Ares i Font de Tec

Roca Colom blanqueja com una neu ;

(La Fossa del Gegant, Cant VIII)

Des del Pala  u alabastrí davallen

del Pla Guillem a les Collades Verdes

i de Rojà les àrides esquerdes

Que el granat enriqueix fugen volant.

(Lo Pirineu, Cant IV)

 

  Ici, aussi, Carles Bosch  de la Trinxeria, dans ses Notes d'excursions i apuntacions sobre nostra frontera pirenàïca catalana, de Puigmal a Cap de Creus, parlant du passage au Coll d'Ares,  écrit : És un dels colls més freqüentats i l'excursionista no té necesitat de demanar si ha entrat  a França : bé prou ho coneix per lo bon camí de ferradura que se li presenta al trepitjar la frontera...

 

  Plus  tard,  l'abbé  Gibrat le  citera  dans  ses  excursions.  Col  qui  devait être  le  point  de  départ de  la  reconquête  du  pouvoir  contre  la  dictature  du  général  Primo  de Rivera, avec les préparatifs et la tentative de Francesc  Macià connus comme étant els fets de Prats de Molló. Il en est de même dans les divers passages des essais d'insurrection active de Quico Sabaté

  Mais,  aujourd'hui,  c'est  un  moment  plus  grave  et  plus  triste  de  notre histoire qui nous intéresse. Histoire relatée minutieusement par Thomas Faitg dans le registre des  délibérations  de  la  municipalité  de  Prats  de  Molló,  conduite  par  un  maire  admirable, Joseph  Noëll-Floquet,  qui  dut  et  sut  faire  face  à  une  véritable  marée  humaine  qui,  entre janvier  et  mars  1939,  fuyant  les  affres  du  Franquisme,  déferla  sur  le  village  depuis  le  Coll d'Ares.  Sur  un  total  de  550000  républicains  réfugiés,  on  estime  que  80  à  100000  seraient passés par le Coll d'Ares. Officiellement, le drapeau franquiste fut planté au col le 10 février 1939,  mais  la  résistance  de  la  60e division  républicaine  au-dessus  de  Prats  fit  que  la  fin  du passage n'eut lieu que le 13 février.

 

  Soixante-dix  ans  plus  tard,  grâce  à  la  ténacité  de  l'association  Prats Endavant,  sa  réalisation  a  été  rendue  possible  :  le  passage  et  le  chemin  de  l'exode  sont, aujourd'hui,  toujours  vivants.  El  camí  de  l'exili  est  devenu,  à  présent  le  Chemin  de  notre Mémoire.

 

  Le 12 octobre 2002, a été posée une stèle commémorative, inaugurée par le  Président  du  Conseil  Général,  Christian  Bourquin,  actuel  Président  de  la  Région,  en présence de Bernard Remédi, Maire et Conseiller Général, de la marraine Teresa Rebull, de Marguerite Planell, Présidente de l'association Prats Endavant, de Jean Monturiol et Jean Claude  Dunyach  ,  installateurs  de  la  stèle,  de  Ramon  Gual,  auteur  d'un  remarquable discours, de Ramon  Sala,  et  d'un  nombreux  public  composé  en  majorité  de  républicains  et d'anciens réfugiés. 

 

 Cinq  ans  plus  tard,  l'association Prats  Endavant décide,  grâce  à  une  action  financée par  le  Pays  Méditérranée,  de  réhabiliter  le  chemin  emprunté  par  les exilés,  dans  le  cadre  de son  plan  "Les  chemins  de  la  mémoire".  L'itinéraire  actuel  dévie  un  peu  du  tracé  de  l'ancien passage pour des raisons de logistique et de coût. Ce chemin est d'une relative facilité, long de 9  kms  500,  avec  un  dénivelé  de  860 mètres  négatif  du  col  à  Prats.  Il  fait  une  légère  boucle pour  aller  à  l'ancienne  bergerie  qui  servit  de  refuge  temporaire  à  la  famille Gracia,  connue aujourd'hui  comme  étant  le  Cortal  d'Amadeo.  Sa  réalisation  a  été  rendue  possible  par  un financement composé d'un  budget subventionné  à  80% et autofinancé,  en  partie  par souscription, à hauteur de 20%. 

 

  Après  la  réalisation  de  ce  projet,  Prats  Endavant  s'est  rapprochée  de l'association  de  randonnée  Delit  Tenim,  pour  obtenir  le  classement  et  l'homologation  du sentier.  C'est  chose  faite  aujourd'hui.  Le  sentier  est  actuellement  inscrit  au  P.D.I.P.R.  (Plan Départemental  Itinéraires  Petites  Randonnées)  et  homologué  par  la  Fédération  Française  de Randonnées, ce qui assure sa pérennité.

 

  Lors  des  70  ans  de  la  Retiradale  camí  a  connu  un  fort  pic  de fréquentation  : Delit  Tenim ayant  fait  à  cette  occasion  plus  de  trente  accompagnements.  Ce sont surtout les clubs de la Catalogne du Sud et, en particulier, el Col.legi Puig i Cadafalch de Mataró  ou  le  collège  Joseph  Vallot  de  Lodève  qui,  étudiant  la  guerre  d'Espagne,  l'avaient inscrit dans leur programme d'études. Chaque année, le club Cocos de Cornellà de Llobregat, organise une randonnée d'hommage et de remerciements à la personne et à l'action de Thomas Coll.  Ce  Pratéen  qui  avait  su  tendre  la  main  à  la  famille  Gracia  et  en  particulier  au  jeune Amadeo.  Depuis  deux  ans,  à  la  pose  d'un  bouquet  dans  notre  cimetière,  s'ajoutent  les  notes, nostalgiques et  combien  poignantes, de Gérard Aguilar, jeune violoniste de talent,  jouant El Cant dels Ocells del Mestre Pau Casals

 

 

Voilà  l'histoire  d'un  chemin  qui  a  toujours été marqué par l'empreinte de générations qui ont eu à l'emprunter pour rejoindre notre petite capitale du Haut-Vallespir, berceau d'une catalanité fortement affirmée.

 

 Ô ! Chemin de l'exode!  Camí de la Retirada!,  nous  avons  voulu  faire  connaître  un  peu  de  ton histoire,  fouiller  dans  ta  mémoire, et  nous  sommes  persuadés, qu'au  fond  de  celle-ci,  tu  garderas  pudiquement,  à  jamais,  les peines, les malheurs, les faux espoirs. Osons peut-être imaginer quelques joies de ces familles, entières ou séparées, qui ont tout abandonné  dans  l'espoir  de  trouver,  après  le  passage  du  Coll d’Ares et la descente le long du Camí, un chemin de paix et de sérénité.

 

 Mais là commence une autre histoire, là, où, comme l'écrit Shakespeare, dans le Roi Lear : 

 

 La llibertat viu lluny d'aquí i això és l'exili.

 

 

                                          Auteur :  Marguerite  PLANELL  -  Joseph DUNYACH.

 

( article extrait du N° 2 de la Revue Costabona, éditée en 2013 par l’association de sauvegarde et de valorisation du patrimoine de Prats de Mollo, Velles Pedres i Arrels")

 

Galerie de photos